XXL Magazine: Big Biz - Corey Shapiro (Outtakes)‏

XXL Magazine : Big Biz - Corey Shapiro (Outtakes)‏

 XXL a été une immense réussite pour moi. J'ai toujours été un grand fan et qu'ils me demandent de figurer dans leur magazine, c'était génial ! Ils ont récemment publié une version étendue de leur article sur moi et The Vintage Frames Company dans le magazine ! Découvrez les résultats après le saut !

(après le saut)

                                 Big Biz : Corey Shapiro [Résultats]

Découvrez les extraits avec Corey Shapiro sur sa société Vintage Frames [Sunglasses] du numéro de décembre 2011/janvier 2012

Lorsque Rick Ross, Nas et Wiz Khalifa font la couverture d'un magazine ou foulent les tapis rouges, ils portent souvent des lunettes de soleil conçues par Corey Shapiro. Le natif de Montréal supervise l’une des opérations de lunettes vintage les plus populaires du jeu. Mais créer une entreprise de montures sur mesure n'était pas son projet initial : Shapiro, 29 ans, a lancé le service de boutique en 2007 après que sa première entreprise, un magasin de baskets vintage, ait fait faillite. Imperturbable, le diplômé en marketing du Collège LaSalle est passé de coups de pied à Cazals. Armé à la fois de contacts noués lors de ses années de baskets et de l'ancienne collection de lunettes de soleil de son grand-père, Shapiro a lancé Vintage Frames Company dans un appartement. Maintenant, avec une équipe de 12 personnes et une liste de clients qui comprend Pharrell Williams et Redman, on pourrait dire qu'il se débrouille pour lui-même.

Shapiro l'a coupé avec XXL pour le numéro de décembre/janvier 2012 pour expliquer comment il s'est lancé dans le jeu de la création de lunettes de soleil sophistiquées et pour expliquer comment fonctionne son entreprise. Voici des extraits de l’interview originale et plus encore.—Mariel Concepcion

Vous êtes passé de collectionneur de baskets à créateur de lunettes de soleil vintage. Comment s'est déroulée cette transition?

Je suppose que depuis que je suis un jeune enfant, je suis un collectionneur de baskets et de mode. [J'ai] une formation en histoire de la mode grâce à mes études. [J'ai] ouvert un magasin de baskets vintage à Montréal il y a environ 10 ans, ce qui a été un échec lamentable. En regardant l'air trainer original de Bo Jackson et en me disant : « Je ne sais pas si vous le savez, mais vous vendez de vieilles baskets.« C’était en avance sur son temps à Montréal, et en fait n’importe où. Tout au long de ma collection de baskets, j'ai rencontré de nombreux artistes du monde entier. Avant Internet, avant que Nike ne décide de accumuler des collectionneurs de baskets, il fallait avoir des amis.

Sachant que le magasin de chaussures a été un « échec lamentable » comme vous le dites, que s'est-il passé ensuite?
Construit autour d'un réseau d'hommes de la mode, il est devenu de moins en moins fier de se qualifier de collectionneur de baskets. Pour me différencier de la bête à la mode du marché de masse qui pensait que c'était cool de collectionner, [j'ai] commencé à essayer d'associer une paire de montures de lunettes vintage à chacune de mes baskets. Il n’y avait personne qui ne pouvait pas passer, ouvrir chaque boîte de baskets et obtenir une paire de lunettes assorties de manière unique à chaque sneaker.

Depuis combien de temps le passage des baskets aux lunettes de soleil a-t-il diminué?

[J'ai] commencé il y a six ans. J'ai arrêté tout ce que je faisais et je me suis lancé dans le truc des lunettes. Depuis, j'ai stocké un quart de million de montures, qu'il s'agisse de verres transparents ou de verres solaires. Ce qui a commencé par la location d'un appartement de 400 pieds carrés à des fins professionnelles se trouve maintenant dans un appartement de 1 000 pieds carrés.

Vous avez dit que vous étiez un collectionneur de chaussures et de mode depuis que vous étiez enfant, et que vous avez fait de ce « passe-temps » une carrière. Qu'avez-vous fini par suivre à l'école?

J'ai fait des études en marketing de la mode au Collège LaSalle de Montréal. Fondamentalement, le marketing de la mode ressemblait un peu, je veux dire, à ma grande surprise, à la version du marketing paresseuse et riche pour les enfants. La plupart des gens ne savaient pas ce qu’était le marketing. Tous les enseignants étaient des professionnels ratés. Rien n’était une information précieuse à part le cours d’histoire de la mode. Le professeur de mode donne une leçon, [puis dit] : « Maintenant, Corey, tu te lèves et tu nous racontes ce qui se passe dans la culture de la rue. Et je dirais : « Non. Je te paie pour aller à cette école. Va te faire foutre. Pourquoi dois-je t'apprendre?”

Vous vous êtes assuré d'avoir obtenu ce pour quoi vous avez payé, hein?

[J’ai] commencé à parler en mal d’eux dans les médias de l’école. [Ça] s'est tellement détérioré et mon entreprise est devenue tellement publique que mon école m'a proposé de me donner mon diplôme en échange de mon arrêt d'en parler en public. [Nous] avons commencé notre domination arrogante sur l’histoire de la mode.

Après avoir calomnié publiquement votre école et subi un échec dans un magasin de baskets, qu'est-ce qui vous a donné l'idée de fusionner les lunettes et les chaussures?

Cela vient vraiment du fait que j'ai pris une paire de lunettes de grand-père, Cazelles, étant dorées, je voulais la porter avec des baskets dorées, pas des baskets argentées. [Je] voulais porter des baskets argentées. Je suis allé chercher l'argent, puis j'ai trouvé une paire de Carreras qui correspondent à ces [Nike] Airmax 90 Infrared, [et] je me suis lancé dans tout ce jeu avec moi-même pour pouvoir le faire. Pendant que les enfants allaient acheter des Nike Dunks pour lesquelles les entreprises fabriquaient des t-shirts assortis. Comme c'est putain de facile. Pour moi, les lunettes assorties étaient en avance sur le trottoir.

Est-ce à ce moment-là que vous avez su que vous deviez le faire? Capitaliser sur votre passion?

Il est devenu évident que c'était possible lorsque [j'ai réalisé] que personne ne le faisait. Personne ne vendait de lunettes vintage à l’époque. Les gens commençaient à m'offrir de l'argent pour les lunettes que je portais, [et n'avaient] aucune idée de ce qu'elles étaient. J'avais mis une étiquette de prix sur l'une des lunettes que je portais et je l'avais vendue sur mon visage dans un club. À ce moment-là, il est devenu évident que quelque chose se passait.

C'était une évidence à ce moment-là.

Le vide intéressant dans [l']industrie de l'optique est que les fabricants de lunettes - jusqu'à ces deux ou trois dernières années - n'ont jamais réalisé que les lunettes allaient à nouveau être cool ou portables, donc personne n'a documenté l'industrie de l'optique d'une manière fashion. Personne n’est vraiment devenu un historien de la mode dans le domaine des lunettes. [Certains] deviennent historiens de la médecine ; retrouvez l'évolution des lunettes du point de vue technique et médical. Mais pas de documentation sur les maisons de couture qui produisent ces lunettes. Même si nous échouions, nous serions définitivement capables d’écrire des livres sur le sujet et de devenir des historiens dans ce domaine.

Qui est devenu votre premier gros client?

Je pense que mon premier grand artiste que je connaissais très bien était probablement Redman, en fait. Non pas qu’il soit un gros client, mais il fut probablement l’un des premiers grands artistes de rap. C'était il y a environ six ans. Mon premier client qui était un artiste majeur était Ryan Leslie. Ryan sortait avec Cassie à l'époque, et lui et Cassie sont venus me rencontrer à l'émission que nous faisions et ils sont devenus fous de ce genre de choses. Ce furent mes premiers artistes majeurs à s’y lancer. Cela s’est répandu au sein de la communauté. Non seulement nos produits étaient différents, mais nos connaissances et notre passion sont également différentes. Nous leur donnerions l’histoire ; ils comprendraient pourquoi nous les avons choisis, leur pertinence historique, où ils ont été fabriqués, ce qui est arrivé à l'entreprise. Historique complet. Ils comprennent ce qu’ils devraient porter et où ils essaient d’aller avec leur style.

Pour plus d'informations sur le travail de Shapiro avec Sennheiser, visitez heariam.com ou pour acheter une paire de cadres vintage, veuillez visiter vintageframescompany.com

 

 

laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.